Une journée à Nosy Komba avec Stefano

with Pas de commentaire
5h30, Nosy Komba nous révèle peu à peu sa majestueuse montagne aux premières lueurs du jour. On se sent bien petit sur notre voilier devant l'ancien volcan. Cette île quasiment ronde abrite une imposante forêt tropicale qui prend racine dans l'eau avec les mangroves et s'étend jusqu'au centre de l'île culminant à 600m. Les manguiers, les albizias, les gigantesques lianes et même les bambous qui la composent paraissent animés par des histoires anciennes enchanteresses.
 
 

Le petit village d'Antitorona devant lequel nous mouillons commence à s'éveiller. Les bruits des piroguiers et des pêcheurs qui s'affairent parviennent jusque dans le cockpit du bateau, c'est le signal pour nous d'aller chercher Stefano. Cet italien d'une soixantaine d'années  nous a étonné les jours passés par les incroyables développements qu'il a apportés à son village :
- campus scolaire de 300 élèves en passe de devenir universitaire
- ‎centrale hydroélectrique pour produire de l'énergie verte jour et nuit, une alternative durable aux centrales thermiques répandues à Madagascar
- ‎atelier de mécanique, de couture, production de dentifrice locale....
 

Ce matin, c'est pour aller chasser ensemble que nous avons rendez-vous, une passion commune. Stefano sait où le poisson passe autour de l'île. À bord de la Julianne, il nous guide jusqu'à un petit tombant où le fond remonte de 30 mètres à une douzaine de mètres. Une ribambelle de piroguiers sont à l'ancre pour pêcher à la ligne dans le courant de marée. S'ils sont là, c'est qu'il doit y avoir du poisson! Nous nous mettons à l'eau à 150m d'eux avec les fusils-harpons. Au bout d'une bonne heure, une jolie carangue jaune s'avance par 10 mètres de fond. Échange de regard surpris... Curieuse mais pas suicidaire, elle se tourne pour faire demi-tour mais trop tard, la flèche est partie à toute allure. Elle déroule la moitié du moulinet avant de se calmer, c'est gagné! On va pouvoir manger tous ensemble ce midi! Nous repartirons avec une superbe carpe rouge en prime, désolés pour les pêcheurs qui semblent ne pas avoir eu autant de chance que nous jusqu'à alors.

 

À table, Stefano partage avec nous les histoires de son village et nous livre une partie de son expérience de vie avec ses amis malgaches qui participent au festin avec nous. Pour le dessert, nous avons le privilège d'assister à une extraction de dent. Les infections dentaires sont difficiles à soigner et bien trop souvent, sans les soins adaptés, les situations dégénèrent. Stefano a décidé il y a une vingtaine d'année de suivre une formation de dentiste pour pouvoir intervenir gratuitement tous les dimanches et tout simplement sauver des vies. Le patient d'aujourd'hui est venu depuis l'autre coté de l'île à environ 4 heures de marche. Le diagnostic est posé, très grosse carie sur une des molaires de la mâchoire supérieure, synonyme d'une extraction n'ayant pas vraiment d'autres alternatives. Nous suivons avec attention chacun des gestes pour correctement effectuer l'anesthésie puis ôter la dent à l'aide de plusieurs pinces afin d'être certain de ne laisser aucun morceau. Bien que courageux et apparemment résistant à la douleur, le patient semble assez surpris par la manoeuvre. Il faut dire que ça craque sacrément dans la bouche du Monsieur! Il repart bien sonné mais avec une bouche propre. Et pour nous dorénavant, impossible de nous plaindre avant d'aller chez le dentiste! 

 

 
Cet après-midi se déroule une compétition inter-village de Moringue sur la place de l'école. Après 4 mois passés à Madagascar, nous avons enfin l'opportunité de découvrir à quoi ressemble la boxe traditionelle malgache. Pour cette occasion, c'est la fête dans tout le village, ce sport passionne les foules et la soirée qui s'en suit promet d'être belle. Le groupe de musique Sakalava embrase la cour de l'école par ses rythmes et ses danses effrénées. Les spectateurs d'humeur festives profitent du spectacle et jaugent les futurs combattants qui défilent le point levé pour impressionner leurs concurrents. Les arbitres prêts, les combats peuvent commencer. Ils sont explosifs et violents. Les participants se battent à mains nues. La technique semble parfois aléatoire mais une chose est sûre, certains se battent comme si leur vie en dépendait et ce sont d'ailleurs ces derniers qui ressortent victorieux et acclamés par la foule. Les enfants ont eux aussi le droit à leur moment de gloire en se défiant au milieu de l'arène comme leurs grands frères, malgré leur jeune âge! La compétition se termine pour le mieux avec la victoire d'un des combattants locaux nés à Antintorona. Les sages et notables du village saluent la performance des participants. À part un doigt cassé et quelques coupures, ils s'en sortent indemnes.  Stefano pourra attendre dimanche prochain avant de ré - ouvrir les consultations! Et maintenant, place à la fête!
 

Facebook Comments

Répondre